.PASSAGES DOUANES

FRONTIERE TURQUIE / IRAN

Après les formalités rapides pour quitter la Turquie, un grand portail s'ouvre devant vous, et .....
et vous êtes pris en charge par un policier des frontières iranien qui vous souhaite la bienvenue dans son pays
et vous guide le temps qu'on rentre les informations de votre passeport et de votre visa dans un ordinateur.

Quelques hésitations sur ce passeport vert qu'on voit pour la première fois,
c'est où ce pays? Cote d'ivoire, Ivory Coast

Rien, ils trouvent pas. Gérard à l'idée de la coupe du monde, les iraniens adorent le foot.
Didier Drogba You know? les yeux s'illuminent Saal El Adj (nom de la cote d'ivoire en farci)

Dix minutes, un tampon et on vous guide dans un deuxième bureau (même batiment 20 mètres plus loin)
pour enregistrer votre véhicule et remplir votre carnet de passages en douanes.
Trente minutes pendant lesquelles, on vous propose de changer votre argent à la banque (même batiment de l'autre coté du couloir)
Le responsable des douanes nous a posé la question du changement des plaques pour plaques iraniennes.
(Voir Infos Pratiques Iran)

Une fois le carnet rempli (20 minutes), surtout à discuter, à s'intéresser à la Cote d'Ivoire à parler de DROGBA,
le responsable des douanes m'a demandé d'ouvrir le camion.
Je voyais déjà tout à terre en vrac.
En fait il voulait juste montrer l'intérieur du 'camion bed' à un de ses nouveaux collègue qui n'en n'avait jamais vu.
Aucune fouille ! Une poignée de main bienvenue en Iran. Trente minutes en tout et bon voyage.

FRONTIERE IRAN / PAKISTAN

On arrive tard, et coté iranien gros travaux et bureaux disséminés partout jusque dans la mosquée.
Ne vous affolez pas, un mois encore (2006) et des super batiments neufs vous accueilleront.
Autrement accueil très chaleureux des iraniens qui nous guidaient vite avant que frontière ne ferme pour la nuit,

Côté pakistanais on m'a de suite invitée à me 'débarasser' des 'obligations iraniennes'(foulard et veste manches longues)
et pendant que gérard discutait avec les douaniers on m'a offert de l'eau fraiche et souhaité bienvenue au Pakistan.
les formalités n'ont pas dépassé les 30 minutes en comptant le thé et l'eau fraiche qu'ils nous ont offert
après avoir fini de remplir carnet passages en douanes.

FRONTIERE PAKISTAN / INDE

Coté Pakistan

Quand ça veut pas, il faut prendre son mal en patience.

A l'ouverture des bureaux à 9h30 on a commencé les démarches pour quitter le Pakistan,
mais à la douane on nous faisait attendre soit disant un gradé,
c'était assez curieux et tout d'un coup ils nous ont appelé au camion.

Un responsable en djellaba blanche nous a carrément dit que les couples mixte n'étaient pas normal,
nous a traité de narcotrafiquants et organisé le travail de recherche de drogue dans notre camion
avec une dizaine de personnes sous ses ordres.

Pendant trois heures ils ont tout démonté; jusque vérifier qu'il y avait bien de l'air dans les pneus et pas de la drogue,
ils ont vérifié les tubes de dentifrice, les récipients de shampoing et de produit vaisselle, les boites d'alumette,
les boites de chocolat en poudre, gouté la farine,
et toujours cet homme en djellaba qui s'excitait et relançait l'ardeur des autres.

Dans ces cas là on n'en mène pas large parcequ'à s'exciter comme ils le faisait, et le fait qu'ils ne trouvent rien
on a eu peur qu'il ne glisse quelque chose pour justifier tout se remue ménage.

Une fois rendus à l'évidence, qu'aucune drogue ne trainait, ils nous ont laissé partir
en oubliant de tamponner le bon sortie du camion sur le carnet de passages en douanes
et gérard est reparti et là l'hystérique en djellaba blanche n'était plus là et tous ceux
qui avaient fouillé le camion voulaient l'inviter à s'assoir, à boire le thé, ils étaient mal à l'aise,

ils voulaient discuter, ils insistaient vraiment, disaient que ce qui s'était passé n'était pas normal,
mais le gérard qui n'avait pas du tout apprécié la façon dont on avait été traités a refusé.

Coté Inde

Tout le monde nous avait dit que c'était la plus tatillonne. alors en ayant rien rangé dans le camion
en ayant laissé tout en vrac à l'intérieur, on s'est présenté pour une 'deuxième couche'.

Ils ont été adorables, compréhensifs, après qu'on leur ait raconté ce qu'il venait de se passer coté pakistanais,
ils nous ont installé à coté d'un climatiseur le temps de faire les démarches et on est rentrés en Inde. 30 minutes.

DOUANES RETOUR

FRONTIERE INDE / PAKISTAN

Coté Inde

Pendant que nous étions à l'enregistrement des passeports, un douanier a demandé de venir avancer le camion et comme gérard
allait le stationner sur la fosse où ils vérifient les véhicules, le douanier à crié NO!
et l'officier responsable de la douane s'est approché en demandant si on se rappelait de lui,
si le séjour en inde s'était bien passé et a donné des ordres
pour que le carnet de passages en douanes soit vite rempli. il nous a offert à boire, on s'est rappelé la première fois après les émotions pakistanaises et sans aucune fouille nous a souhaité un bon retour. (moins de 30 minutes)

Coté Pakistan

Franchement on s'attendait au pire. Les 'narco trafiquants', le 'couple mixte' tant détesté la première fois étaient de retour !
On s'était préparés à passer la journée.

L'enregistrement des passeports une quinzaine de minutes, puis le bureau des douanes.

Quand on est rentrés un des deux agents nous a de suite déclaré
-Oh I remember you. I was here when you have problem first time.How are you ?

Sans vérifier le numéro chassis, ni moteur, il a tamponné le carnet puis ils a demandé à monter dans le camion.
- You have alcool sir ?
- Yes two beer.
- Only two beer. ok

Il est descendu et m'a tendu les documents et le bon à présenter au portail de sortie certifiant que tout est ok.

Nous on attendait la fouille, la surprise pakistanaise. Alors il a insisté.
- It's finish sir, you can go.

et il nous a laissés un peu médusés après seulement dix minutes de formalités.

On a démarré le camion en roulant au pas vers le portail en se disant qu'il allait y avoir quelqu'un pour se raviser,
mais non et au portail, on l'a eue la surprise pakistanaise, pas celle qu'on attendait.

Le préposé à récupérer ce papier de sortie, celui qui n'a aucun rôle si ce n'est prendre un bout de papier sans même le lire
et ouvrir le portail, c'était le responsable en djellaba blanche de la première fois,
celui qui nous avait carrément dit que les couples mixte n'étaient pas normal, nous avait traité de narcotrafiquants
et organisé le travail de recherche de drogue dans notre camion
avec une dizaine de personnes sous ses ordres.

Là il était habillé en tenue de simple douanier, sans aucun grade sur la tenue, et il était moins arrogant.

En lui tendant le papier gérard lui a demandé s'il se souvenait de nous.
Sans répondre, il a tourné les talons.
Nous on aimerait bien savoir ce qui c'est passé après notre fouille de la première fois.

FRONTIERE PAKISTAN / IRAN

Coté Pakistan

Après avoir tamponné le carnet de passages en douanes sans rien vérifier, sans fouille,
le responsable des douanes qui m'avait offert
à boire à mon premier passage, gentiment posé des questions sur l'Afrique, à qui j'avais promis de visiter son pays au retour,
s'est tourné vers moi avec une grande tristesse et m'a demandé pourquoi un simple visa de transit au retour.

Franchement quand on sait à quel point j'ai détesté l'attitude des indiens, combien j'ai aimé le Pakistan pour le peu que je l'ai visité,
ça m'a fait mal pour cet homme, pour ce pays qui mérite bien mieux qu'un simple 'transit'.
Alors je n'ai pu me retenir et je lui ai expliqué l'attitude du 'visa officer' à Delhi, et je lui ai promis de revenir visiter le Pakistan.

Coté Iran

Les travaux bientôt finis, c'est pire qu'à l'aller, mais d'ici un ou deux mois tous les bureaux rassemblés, un hotel, un restaurant,
ils nous promettent que les futurs touristes seront reçus à la perfection.
De toute façon organisés ou pas les iraniens nous reçoivent toujours si chaleureusement qu'on se moque pas mal d'avoir
à courir partout, et puis en une heure toutes les démarches sont terminées.

FRONTIERE IRAN / TURQUIE

Coté Iran

Un tampon sur le passeport en cinq minutes, la simple vérification du numéro de chassis et de la plaque minéralogique,
un autre tampon sur la carnet de passages en douanes et terminé (20 minutes record absolu) et passé les formalités,
bien demi heure à discuter de l'Afrique, de l'Iran. Dur de quitter ce pays. C'est sûr je reviens l'année prochaine.

CotéTurquie

Au premier contrôle, le policier se moque gentiment de moi. - 'Bienvenue en république démocratique de Turquie'
Je comprend de suite et j'enlève le foulard et tout le monde plaisante.

Deuxième contrôle de police pour enregistrement de nos passeports sur ordinateur.
Pour gérard deux minutes et un tampon. Pour moi. On recommence les problèmes.

Le policier me déclare que mon visa est faux, et peut être même mon passeport, que c'est toujours pareil avec les 'black people' Heureusement qu'il ne sait pas dire 'Nègre' en anglais tant il y a de mépris dans sa bouche.

Il téléphone à un gradé qui vient vérifier et ne trouve rien à redire,
surtout que j'ai gardé le reçu de paiement de l'ambassade de Turquie en Inde.
Alors il appelle un autre plus gradé. On nous emmène dans un bureau où tout le monde inspecte à tour de rôle mon passeport,
mon visa, et au bout d'une heure et demi, on sent qu'ils en ont marre et l'un d'eux me ramène au policier chargé de rentrer les infos
dans l'ordinateur, mais il refuse encore et ça s'énerve et on lui en donne l'ordre. Il le fait vraiment à contre coeur et en turc il me parle 'méchant' sans que je comprenne les mots, mais ça devait pas être gentil.

FRONTIERE TURQUIE / GRECE

Coté Turquie

L'attitude des gens à mon égard dans l'est qui nous a poussé à abréger notre séjour en Turquie au retour,
et après l'accueil à la frontière Iran/Turquie, j'avoue que j'appréhendais.
Le policier qui vérifie les passeports, on a de suite plaisanté et ça c'est bien passé.
Après passage aux douanes.
On venait d'inde, alors on nous a dit vous passez à la fouille complète du camion. Bon on a l'habitude depuis le Pakistan
mais tout en désordre à nouveau ça me contrariait.
On est partis dans un hangard, on nous a fait descendre et ..... deux minutes de Rayons X.
Après ils ont pris la photo, vérifié deux bricoles dans le camion (5 minutes sans rien déranger)
et ils m'ont offert la photo.

Franchement c'est génial. En tout cas pour nous, pas pour les trafiquants, comme ça pas de fouille où on vous fait tout sortir.
Après on a plaisanté avec les douaniers qui m'appelaient Naomi Campbell.
Flatteur (pour elle). et on est partis pour la frontière grèque,
pour l'Europe, et je me suis mise à flipper sans raison puisque j'ai une carte de séjour mais depuis qu'on m'avait soupçonné
d'avoir un faux passeport, un faux visa turc,
que peut être j'allais tomber sur un raciste pas possible comme à l'entrée en Turquie....

Coté Grèce

Non, les 'cons' y en a pas partout.
La Cote d'Ivoire ils savaient pas exactement où c'était, alors bien sûr 'Drogba' et ce footballeur, il est aimé partout.
Didier tu m'as vraiment aidé pour ce voyage. Tout c'est bien passé avec la police et le gag c'est après à la douane.

Le douanier à demandé -'Rien à déclarer' et gérard a tendu la photo du scanner des turcs
et là tous les chefs sont venus la voir, l'ont photocopié. C'était la première fois qu'ils voyaient ça,
et après on nous a rendu la photo et le chef a dit 'historic' et on est partis heureux que tout ce soit bien passé
.

contact : voyages-nomades@hotmail.com