TURQUIE ---- deuxième partie

Un dernier regard vers cette côte si belle (pour combien de temps?) et en route pour rejoinde la Capadocce,

lire aussi Récit du Voyage en Turquie

en traversant les paysages si surprenants et variés du centre

à la rencontre de ces turcs si accueillants loin des sites.



Traverser les coins les plus arides



et un virage après trouver de grands vergers, et le bonheur de s'arrêter acheter des cerises gorgées de soleil

rencontrer des turcs adorables, sans me douter que dans l'est,
loin de l'accueil de l'ouest

et du centre,



je soufrirai du racisme.
(Lire ma couleur Turquie de l'est)

Quelques kilomètres encore et une surprise pour moi de voir ce lac aux eaux si vertes


et les turcs découvrant le plaisir du camping (TV, Frigi, Barbecue... à coté de chaque tente)



et prudemment faire du pédalo.



Un petit port de pêche

un moteur comme en seraient heureux les pêcheurs de chez moi

Les cigognes qui ont fui Selçuk remplacées par les antennes paraboles et les chauffe eau solaires

Une halte eau avant de parcourir les désespérants km de Konya à Aksaray

Et l'arrivée en Capadocce que Gérard voulait tant me faire connaitre.

Il avait oublié qu'entre 1971 date de son premier voyage en turquie et 2006
Ce lieu alors vierge de toute connerie mercantile (comme il dit) avait un beaucoup (trop) changé.

C'est vrai que la capadocce à été vraiment belle
(j'ai vu les photos qu'avait fait gérard dans les années 70)
mais là...

Quand les troglodites servent de parking ombragé ausx motos et parfois aux voitures des commerçants,
quand le site des cheminées de fées est envahi d'échoppes du plus mauvais gout,
quand le goudron à gagné les moindres recoins et quand on voit les détrituts éparpillés partout.

Imaginez toute la capadoce comme la photo ci-dessous, avec plein de petits chemins, des vignes,
et quelques petites maisons au toit en terrasse disséminées sans rien dénaturer. Rien de goudronné.


Maintenant c'est comme ci-dessous.

et presque plus de touristes.

Enfin pour ceux qui n'ont pas connu avant, il reste de belles choses à voir,



des endroits à visiter

des vestiges du passé, mais comme disent les commerçants, les touristes ne sont plus là.



Une séjour tristounet pour Gérard et on est repartis vers l'est.

Dans les montagnes, on a croisé de nombreux campements de bergers en transumance



des petits villages, si différends de toutes ces nouvelles villes plantées de centaines d'immeubles,



des petits villages ou les Hivers doivent être durs, mais où la qualité de vie semble encore exister.

La route était grandiose,

notre camion se sentait de plus en plus petit sur les parkings

et puis on est arrivés là.

dans un endroit très austère

ou l'homme un jour à laissé quelque chose de beau



dans un lieu magique face au mont Ararat

Le Palais Ishakpasa



Au retour on devait faire l'est et le nord, mais...............
Nous y avons rencontré une forme déprimente de racisme qui nous a fait changer d'itinéraire.
(Lire ma couleur Turquie de l'est)

MOMENT DIFFICILE avant l'entrée en IRAN

Vider les coffres de toute bouteille d'alcool et les laisser à un turc trop heureux avant notre entrée en Iran..

Ne riez pas. On ne nous à même pas fouillé à la frontière iranienne.
ils nous ont juste fait ouvrir la porte de la cellule pour voir l'intérieur de notre 'Camion-Bed'